Autisme et psychanalyse

Le 10 février 2008 Robert Hue, président de la fondation Gabriel Péri, participait à la Mutualité à un grand rassemblement « Pour la psychanalyse et contre le cognitivisme », organisé par Jacques-Alain Miller. (Lire son intervention)

A l’époque, ils furent plus d’un millier à protester ensemble contre la culture de l’« évaluation », qui consiste à jauger en permanence, et de manière le plus souvent chiffrée, toutes les activités humaines. Le travail des salariés, toutes catégories confondues, aussi bien que l’enseignement et la recherche… nulle discipline n’y échappe, mais quelque chose qui ressemble à de l’acharnement est appliqué particulièrement à la psychanalyse.

Aujourd’hui, et non sans rapport avec ce qui précède, l’offensive se poursuit sur un autre terrain : la haute autorité de santé met en cause brutalement l’abord clinique de l’autisme par la psychanalyse, jusqu’à avancer une proposition de loi visant à l’exclure de la prise en charge des enfants et adolescents autistes qui a vivement fait réagir l’ensemble des représentants professionnels et les grandes associations familiales. On trouvera ici le dossier de presse très complet que l’Université populaire Jacques Lacan a consacré à cette question.

Nous pensons qu’il est susceptible d’éclairer beaucoup des visiteurs de notre site sur une question méconnue du grand public mais dont les enjeux vont bien au-delà de la seule question de la prise en charge de l’autisme.

Je souhaite...

Documents à télécharger :